News

LNA – Pully Lausanne Foxes – Fribourg Olympic 58-81

LNA – Pully Lausanne Foxes – Fribourg Olympic 58-81

Les Foxes dialoguent d’égal à égal avec Olympic durant 3 quarts

Les Foxes recevaient ce soir le grand Fribourg Olympic, tout auréolé de son parcours en coupe d’Europe. Devant près de 500 spectateurs à la salle Arnold Reymond, les Renards ont longtemps fait jeu égal avec le champion en titre. Ce n’est que dans le dernier quart qu’ils ont cédé.

47-43 à la 25ème minute de jeu ! Pendant 3 quarts, les Vaudois ont livré un match où ils ont fait jeu égal avec le grand Olympic. Ils ont passé la balle à l’intérieur durant le premier quart en donnant la balle à Hart ou à Ugba qui marquaient. De ce fait la défense fribourgeoise était attirée sous le panier ce qui permettait à un Wilson habile de scorer à longue distance.

A la mi-match les Foxes pouvaient être devant

A la pause, le score était de 34-39, mais les Vaudois auraient pu atteindre l’heure du thé en tête, selon leur coach Randold Dessarzin. Ce dernier indiquait à l’issue de la rencontre : « Sur les 39 points d’Olympic à la mi-temps, 16 sont des paniers sur des deuxièmes chances que nous leur avons accordées ou sur des balles perdues ; tout cela additionné, on aurait pu virer mieux à la mi-match »

Dans le 3ème quart les Renards ont même mené au score. Ils avaient 2 points d’avance (45-43 à la 25ème minute) et même 4 points quelques secondes plus tard (47-43). Mais comme l’an passé lors du premier match des play-offs contre Pully-Lausanne, les Fribourgeois n’ont pas paniqué et parvenaient à terminer le 3ème quart en tête (51-56). Le dernier quart fut hélas à oublier, car le score fut de 7 à 25 pour les Fribourgeois qui déroulaient leur jeu trop facilement.

Prochain match : samedi prochain contre Starwings à Bâle, alors allez les Foxes !

StéArm

LNA – Pully Lausanne Foxes- BBC Monthey 68-75

LNA – Pully Lausanne Foxes- BBC Monthey 68-75

Monthey trop fort ce soir

Devant plus de 700 spectateurs à la Vallée de la Jeunesse, les Foxes ont rencontré samedi Monthey dans la 4ème journée du championnat de SBL. Monthey, vainqueur déjà de 3 matchs en ce début de championnat, possède 3 Américains de premier niveau qui ont permis aux Montheysans de faire la course en tête durant tout le match et finalement l’emporter. Les Vaudois ont suivi, parfois de près, mais hélas sans jamais parvenir à passer l’épaule.

Malgré la défaite, Randoald Dessarzin défendait ses joueurs et son équipe à l’issue de la rencontre. Le coach des Renards déclarait en substance que Monthey était fort cette année, car Wright et Cochran ont joué en D-League, et Frease, quant à lui, est un pivot connu et reconnu. Le coach des Foxes était tout de même déçu par la défaite, mais avait peu de choses à reprocher à son équipe si ce n’est une défense qui aurait dû être plus forte. Pour lui, il ne s’agissait pas d’une contre-performance, car Monthey est très solide cette année.

Le film du match

Durant la première mi-temps, les Montheysans ont toujours fait la course en tête. Ceci surtout grâce à leurs 3 joueurs américains. Frease dans le premier quart et sous les paniers, Wright et Cochran par leur shoots et pénétrations dans la raquette. Sur les 38 points signés par Monthey, 33 étaient l’œuvre des 3 Américains. Pourtant, les Foxes parvenaient à rester à quelques points et à 1 minute de la mi-temps, ils revenaient même à 4 points grâce à un tir à 3 points de Wilson, ceci avant que Wright ne replace les Montheysans à 6 points. 32-38 à la pause.

Après le thé, les Vaudois parvenaient à limiter les attaques valaisannes et revenaient à 45-46 à la 27ème minute de jeu . Cependant, les Sangliers refaisaient le trou, notamment par Wright et Mbala et terminaient le quart en tête (49-60).

Un dernier quart où Monthey ne tremble pas

Dans les 10 dernières minutes de jeu, les Foxes tentaient le tout pour le tout et jetaient toutes leurs forces dans la bataille. Ils revenaient à 6 points à 1 minute 23 secondes de la fin. Mais Monthey continuait à aligner les paniers et s’imposait, somme toute logiquement, au vu du match et de son déroulement.

StéArm

LNA – Pully Lausanne Foxes- BC Boncourt 81-72

LNA – Pully Lausanne Foxes- BC Boncourt 81-72

Premier match, première victoire : c’est bon pour le moral !

Fini d’attendre, tout un été sans basket suisse, cela devenait long. Le retour sur les parquets des équipes de la Swiss Basket League s’est déroulé ce week-end. Pour les Pully Lausanne Foxes, le premier match du championnat a eu lieu dimanche contre Boncourt à la salle Arnold-Reymond. Après plusieurs matches de préparation perdus, les nombreux supporters présents lors de la journée de lancement organisée par le club ont été surpris en bien puisque les Foxes ont gagné. Points forts : Wade, Ugba par leurs paniers, Hart (18 rebonds) et un jeu collectif dirigé par Pythoud (11 assists).

« Après les matches de préparation où l’on était à la ramasse, c’est une belle satisfaction de voir qu’on a pu asseoir notre victoire sur la défense », le coach Dessarzin ne boudait pas son plaisir après cette première victoire, car la pré-saison avait été compliquée pour les Vaudois.

Un début de match difficile

Après 2 minutes 35 secondes de jeu, Boncourt menait 10-2 ! Mais un temps mort demandé par le coach des Vaudois remettait la défense en place. Quant à l’attaque, Ugba (12 pts) et Wade (10 pts) portaient littéralement les Renards en scorant tous leurs points ! 22-17 à l’issue du premier quart. Par la suite et jusqu’à la mi-temps Wade continuait son récital (21 points et 8 sur 12 aux tirs).

41-41 à la mi-temps puis une défense de fer

Durant tout le 3ème quart, Boncourt ne parvint qu’à marquer 13 points. La cause : une forte défense des Renards. Parallèlement, les actions offensives se combinaient bien et le jeu collectif des Vaudois leur permettait de prendre largement la tête (63-54 après 30 minutes de jeu).

Les 10 dernières minutes n’étaient pas encore une formalité. Puisque Boncourt revenait à 68-65. Mais les pulléro-lausannois se battaient en défense, prenaient des rebonds et parvenaient à distancer à nouveau les Jurassiens. 81-72 au terme du match.

Belle victoire et on en espère bien sûr d’autres ! A l’issue du match et au chapitre des satisfactions l’entraîneur Dessarzin savourait ce succès qui témoigne d’une belle progression par rapport aux matches amicaux.

StéArm

Pully Lausanne Basket: Réunion de famille chez les Foxes

Pully Lausanne Basket: Réunion de famille chez les Foxes

Chers Membres, chers Amis,

Le Comité du Pully Lausanne Basketball Club, les FOXES, invite toute sa communauté (joueurs, parents, entraîneurs, arbitres, supporters, autorités sportives et politiques, partenaires, presse, etc) à se réunir le dimanche 30 septembre prochain à la salle Arnold Reymond à Pully pour le lancement de la saison 2018/2019. L’objectif est de passer un agréable moment et de permettre à tous de se retrouver ou de faire connaissance dans un esprit informel, sportif et convivial.Nous comptons sur la participation de tous pour apporter un plat pour le brunch canadien qui sera servi dès 11h !

L’entrée du match de Swiss Basketball League contre le BC Boncourt à 16h sera gratuite, offerte par notre partenaire RealSport.

Nous nous réjouissons de passer cette belle journée en votre compagnie.

Découvrez le programme complet de la journée sur le flyer ci-dessous.

Pully Lausanne Foxes: Prôner la dynamique collective pour gagner

30 septembre, c’est la date du premier match de championnat des Foxes. A domicile contre Boncourt. Après une très belle saison 2017-2018 et une qualification pour les play-offs, quels sont les objectifs et les résultats attendus pour cette année ? Questions posées à Randoald Dessarzin, coach expérimenté des Pully Lausanne Foxes à un petit mois de cette première rencontre officielle.

Randoald Dessarzin

Avant cette nouvelle saison quelles sont vos attentes pour les Pully Lausanne Foxes ?

Que les joueurs assument. Il faut oublier qu’on est en deuxième année en LNA puisque l’effectif a été à 80% renouvelé. On a fait place belle aux jeunes, y compris pour les joueurs américains. En effet, pour ces derniers, nous ne sommes pas dans la cour des équipes qui peuvent se permettre des joueurs expérimentés ou des rookies avec un statut plus important que celui que nos Américains avaient dans leurs universités respectives. Donc à un moment, on doit construire sur la confiance de ce qui a été fait l’an passé, notamment chez les U20. Mais on repart tout de même à zéro. Il y a un écart énorme entre un joueur suisse – même auréolé d’un titre U20 – et un joueur expérimenté ou un étranger de haut niveau.

A l’entre-saison, beaucoup de joueurs expérimentés sont partis, regrettez-vous ce renouvellement ?

Non, je ne regrette rien, c’est le contrat que j’ai avec mes dirigeants. J’ai une double mission : je dois développer nos espoirs et… faire gagner le plus grand nombre de matchs possible. Sauf que nous ne parlons pas ici de deux ou trois joueurs de 20 ans, mais bel et bien de la moitié de l’effectif, entouré par 3 joueurs US et Alex Hart qui, à 4, cumulent les… 8 mois d’expérience professionnelle d’Anton Wilson. C’est donc une année de tous les dangers. Le championnat est extrêmement relevé et nous sommes, maintenant à la fin août, moins forts que l’an passé.

Nous avons perdu des joueurs d’expérience, tels Tony Brown ou Badara Top. De plus, nous avons perdu notre meilleur scoreur Wade, un intérieur dominant Cleare, qui n’est pas facile à remplacer, il manque aussi l’expérience européenne de De Lattibeaudiere. Tout cela est difficile à remplacer.

Mais pourquoi n’avoir pas avoir renouvelé les contrats de joueurs étrangers tels Cleare ou Wade ?

C’est la traditionnelle histoire de ces joueurs qui ont fait une bonne saison en Suisse. Ils pensent que leur agent va leur trouver une place dans une ligue plus prestigieuse ou dans une équipe plus prestigieuse de Suisse. Or ce n’est pas le cas. Ils n’ont pas voulu revenir et nous avons pris d’autres joueurs.

Et des craintes pour cette saison ?

Mes craintes sont que les joueurs ne comprennent pas que notre jeunesse doit être une force. On va leur octroyer beaucoup de confiance, mais les joueurs doivent s’en saisir.

De plus, les jeunes qui étaient là l’an passé ont déjà un autre statut que les nouveaux qui arrivent. Une carrière de joueur passe vite, ces « anciens » ont un rôle plus fort à jouer. Les principes offensifs et défensifs sont les mêmes. Une de mes craintes est que ces « anciens » ne comprennent pas que leur statut et leur degré de responsabilité ont changé.

Si chacun prend, comprend sa place et son rôle, cela va créer la dynamique collective que je souhaite. Si par contre cette dynamique collective n’arrive pas, on restreindra la rotation et nous jouerons à sept ou huit. Ce n’est pas du tout l’intention car la dynamique collective doit être une force. Un joueur, même s’il est appelé à jouer 3 minutes, ce qui peut paraître peu, doit être décisif pendant ces 3 minutes où il se met au service de l’équipe. Et cela, c’est une responsabilité. Cela vaut aussi pour les joueurs étrangers. Si chaque joueur comprend que la dynamique collective peut être une force, ce sera positif.

Propos recueillis par StéArm

Prochains Evènements

Archives

  • 2018